2020, dans le rétroviseur d’une année pas comme les autres !

D’où que l’on vienne, où que l’on soit, l’année 2020 aura été particulièrement particulière ! Bizarrement, contre toute attente et au-delà de la crise sanitaire, est-ce que j’ose dire que j’ai adoré cette année 2020. Elle m’aura apporté une bonne dose de positivité, m’aura permis d’apprécier chaque petit moment du quotidien. Privilégier l’essentiel, s’enthousiasmer de bonheurs simples, se mettre au ralenti, se laisser surprendre par l’imprévu et prendre le temps de découvrir et redécouvrir ce qui se trouve à 2 pas de chez soi ! 2020, une année certes pas comme les autres mais une année riche de petites découvertes et grandes émotions.

« Quand rien n’est prévu, tout devient possible »

Janvier 

Depuis des années, je rêvais d’un break hivernal dans ce village alpin de bout du monde. Je rêvais d’une immensité neigeuse, d’un décor montagnard sauvage, d’un village authentique et préservé… mes attentes ont été comblées, Bonneval Sur Arc m’est apparu comme je l’avais imaginé. Un grand paradis blanc, des toits de lauzes croulant de neige, une atmosphère montagnarde hors du temps… 3 jours d’évasion hivernale que je vous raconte ici !

Février 

Le mois des rando-raquettes dans notre belle région du Valais. Pourquoi partir ailleurs alors que le généreux soleil du Valais nous invite chaque week-end à de magnifiques randonnées parmi les vastes paysages enneigés. Une balade hivernale à Fafleralp, dans le Loetschental, une randonnée au hameau de Colombire avec un panorama sur les Alpes Valaisannes ou mes incontournables rando-raquettes au Val d’Hérens avec l’alpage de Mandelon qui fut mon dernier bol d’air hivernal avant le semi-confinement !

Mars-Avril 

48 heures avant le jour J d’un départ pour la Californie. Un virus nommé Covid a remis en cause nos projets de road trip. Moi qui m’étais enfin laissé convaincre d’un tel voyage ! A défaut de randonnée dans la Death Valley, j’ai re-découvert le printemps à Vex, mon village. Et quel bonheur ! Les années passant, j’avais oublié que cette saison était sans nul doute la plus belle à vivre au Chalet le rucher. Le #restonschezsoi m’aura restreint à de petites balades autour de chez moi. J’ai pleinement savouré les limites de ma cage dorée avec le sentiment d’être privilégiée de vivre dans un tel environnement nature. J’ai admiré la floraison printanières : abricotiers, verger, prés fleuris… une explosion de couleurs et de senteurs pour un printemps confiné.

Mai

60 jours plus tard, une petite escapade se profilait ! 3 jours, 2 nuits aux Grand Hôtel des Rasses, un hôtel parmi les Swiss Historics Hôtels dans le Jura Vaudois. On a savouré chaque  seconde, chaque minute de ce break post-confinement. Une vue imprenable sur les Alpes depuis la terrasse de l’hôtel, un restaurant belle époque, une piscine et deux belles randonnées aux alentours : l’une au Chasseron, l’autre aux Gorges de Cotavannaz.  Tout y était… ressourcement et dépaysement à 1 h 30 de trajet. On a tellement aimé cet endroit qu’une prochaine escapade hivernale est d’ores et déjà prévue.  A suivre !

Juin 

Comme beaucoup, nous avons décidé de ne pas sortir des frontières de notre pays et de partir à la découverte de notre belle Suisse, du côté de l’Oberland Bernois. Une région d’ordinaire très prisée des touristes internationaux. Les asiatiques n’étant pas au rendez-vous de la Jungfrau cet été 2020, c’était une parfaite opportunité de programmer un Swiss Trip sur ces spots touristiques, généralement bondés. Fan des hôtels de la Belle Epoque, on s’est laissé séduire par un tour des Swiss Historics Hôtel : de l’hôtel de prestige au lodge montagnard, de Giessbach à Murren en passant par Wengen et Lauterbrunnen. Je prépare un billet complet avec notre sélection d’adresses et les rando-découvertes.

Juillet 

Ah Bâle ! j’ai eu un vrai coup de cœur pour cette ville lors de ma première découverte à l’occasion du célèbre carnaval en mars 2019. Depuis, j’y suis retournée en hiver, puis en été pour visiter l’exposition Hopper à la fondation Beyeler . A chacune de mes visites, mon coup de cœur se confirme et j’apprends à découvrir toutes les facettes de cette ville Suisse aux airs de Province. 

Aout 

En août, on s’est autorisé 2 micro-escapades hors frontière côté France. La première à Annecy, une ville que nous adorons mais que nous n’avions jamais fréquenté dans sa version estivale.  Nous avons séjourné en campagne annecienne, L’épicurien, une adresse que nous connaissons bien et dont nous apprécions la convivialité. Le but de notre passage était de découvrir la 3ème édition du Festival Paysages Annecy : un festival d’art urbain avec des œuvres insolites parsemées dans la ville. Une manière de porter un nouveau regard sur la ville. L’autre mission était de découvrir les Jardins Secrets à Vaulx sur notre retour. Eblouissant, magique, féérique, tous les superlatifs ne suffiront pas et aucun mot ne peut traduire la magie de ce lieu. Où que vous soyez, faites le détour et courez y !

La seconde était à vocation gastronomique avec un séjour à l’hôtel-restaurant La Mainaz au Col de Faucille. (Bon entre nous, il semblerait que la réputation d’antan de cet établissement ne soit plus vraiment d’actualité ! Sans m’attarder, outre une vue magnifique sur le lac Léman et le Mont-Blanc, plutôt déçue par cet hôtel avec un rapport qualité prix vraiment médiocre) Bref ! cela ne nous pas empêché d’apprécier ce coin du Jura avec d’autres bonnes tables tel que Le Pré-filet  et profiter d’une belle rando panoramique au sommet du Petit Mont-Rond.

Septembre

Cette année encore, nous n’avons pas manqué à l’appel d’Horizons Sancy, un festival art et nature au pays des volcans d’Auvergne. Avant de nous y rendre, nous avons fait un petit détour par Street Art City, la Mecque du street-art en plein cœur de la campagne bourbonnaise. Puis, nous avons prolongé par quelques jours en Aveyron. Mon passage en Aveyron à l’occasion du WAT 18 (salon des blogueurs) m’avait laissé un tel souvenir que je m’étais promis d’y retourner. Un séjour au pied du viaduc de Millau au Château de Creissels m’aura définitivement séduite et il ne fait nul doute que nous retournerons dès que possible dans ce coin de France, si riche en découvertes tout azimut.

Côté Suisse, malgré le contexte particulier, le festival Image qui se tient chaque 2 ans à Vevey a pu avoir lieu. A chaque nouvelle édition, on trépigne d’impatience à l’idée de découvrir la sélection des œuvres, des artistes, des lieux et à chaque final, on se dit qu’il va falloir attendre 2 ans pour revivre l’enchantement de ce concept inédit. Si vous aimez ou êtes tout simplement curieux des arts visuels c’est THE festival à ne pas manquer. Dans un autre contexte et avant que l’œuvre ne soit démontée fin février 2021, on est allé admirer Mirage du côté de Gstaad. Fascinant ! n espère y retourner très vite pour la re-découvrir dans son écrin hivernal.

Horizons sancy, Street-art City, Images Vevey, Mirage… un mois de septembre 100 % arty

Octobre

Week-end d’anniversaire au swiss historic hotel du pillon aux Diablerets. Un hôtel de caractère et une bâtisse au cachet historique datant de l’épopée montagnarde. Quand je vous dis que je suis une grande fan des Swiss historic Hôtels. De là, une petite randonnée au lac Retaud s’imposait, de quoi me rappeler quelques souvenirs de mes jeunes années à au Pays d’enhaut.

Novembre

L’automne est selon moi la plus belle des saisons dans nos Alpes. Novembre et son été de la Saint-Martin invite à de belles balades automnales en Valais : Fafleralp, le Val d’Hérens, les bisses de Nendaz, Derborence. la forêt d Aletsch… etc..  Ces coins de montagne avec leurs forêts de mélèzes jaunis sont juste splendides. Si je vous dis que Novembre est le mois que je préfère vivre ici !

Decembre

La crise sanitaire étant toujours là, pas question d’un Décembre sur une ile au soleil, ni même un Noël en famille en Auvergne. Du coup, city break improvisé à Zurich. Après 30 ans en Suisse, je ne connaissais toujours pas celle que l’on décrit comme la vile la plus chère du monde ou encore la capitale suisse de la finance. J’ai beaucoup aimé cette ville de Suisse allemande, son centre historique, son quartier alternatif, ses musées. A refaire sur une autre saison.

Noël au Binntal, j’ai découvert le cette vallée préservée à l’été 2020 : la petite sœur de mon Val d’Hérens. Au fond de cette vallée, un hôtel historique dans le petit village de Binn enneigé, l’endroit rêve pour passer Noël à deux loin des foules. L’hôtel Ofenhorn nous a laissé un délicieux souvenir par sa situation isolée, son équipe, sa cuisine, son esprit… enfin tout ! Je crois qu’il va falloir que j’écrive un billet spécial avec ma sélection des Swiss Historic Hôtels. Qu’en dites vous ?

2021, tout juste commencée, aucun objectif de voyages lointains. On va continuer de se laisser porter par de petites escapades ici et là au gré de nos humeurs, au rythme de saisons.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s