Art & Culture à Lille

Dans tout l’hexagone, la France regorge de belles villes à découvrir, de Lille à Marseille, de Bordeaux à Lyon. Bien qu’à son évocation, il ne fasse pas rêver, le Nord n’échappe pas la règle. Si il devait y avoir un top 10 des villes de France à visiter, Lille et sa métropole figurerait sans nul doute dans le haut du classement.

En avril 2019 à l’occasion du salon des blogeurs de voyage, j’ai pris le temps de découvrir ce lieu qui m’était jusqu’alors parfaitement inconnu et qui je l’avoue n’avait guère inspiré mes envies de découvertes. Mes différentes rencontres avec les copains blogueurs me vantant les louanges de leur région et les récits inspirés de mes hôtes nordistes m’auront convaincu de prêter un peu d’attention à ce grand nord. Je m’étais imaginé une ville sous la grisaille urbaine, sans grand intérêt touristique, où le ciel est toujours gris. Ah les clichés et autres préjugés ! J’ai finalement découvert une ville agréable à vivre en éveil printanier  sous le soleil d’Avril. J’ai été charmé par son architecture, son caractère, sa vie culturelle, sa gastronomie…  La Métropole Lilloise est pleine de surprises et a su se réinventer malgré sa réputation peu glamour.

LA VIEILLE VILLE

A pied ou à vélo, le Vieux-Lille se révèle en déambulant dans ses rues pavées, ses places, ses monuments historiques. Flâner au hasard pour apprécier le caractère de ses maisons de briques rouges, pousser la porte d’un estaminet pour goûter les saveurs du terroir, s’asseoir en terrasse sur une place pour ressentir l’ambiance de la ville. Le Vieux-Lille est plein de charme avec ses nombreux monuments, son architecture flamboyante et ses façades colorées. Vraiment, je ne m’attendais pas un tel ensemble, remarquablement restauré.

Un conseil : séjournez dans la vieille ville pour profiter pleinement de ses petits commerces, bars et restos et utilisez les vélos en libre-service pour déambuler à votre guise. Vraiment pratique.

Une adresse : je recommande cet appartement en plein cœur du Vieux Lille dans une courée privée avec de petites maisons typiques. Topissime !

LE QUARTIER EURA LILLE

Dès mon arrivée à Lille, j’ai été frappé par le modernisme de ce quartier et j’ai beaucoup aimé sa dynamique. Je me suis livrée à une véritable balade architecturale, appareil photo en main. Les lignes futuristes des tours contrastent avec les bâtiments de style brutalisme. La réhabilitation de ce quartier par des architectes de renom est une vraie réussite.

LA VILLA CAVROIS

Autre œuvre architecturale près de Lille : la Villa Cavrois. Un coup de cœur. Le Taj Mahal de la Metropole Lilloise. J’ai passé plus de 2 heures à visiter ce lieu d’exception, difficile d’en repartir. Si vous avez la possibilité, faites une visite guidée pour connaitre tous les détails de cette villa classée monument historique depuis 1990. Elle est l’oeuvre emblématique de l’architecte Robert Mallet-Stevens, une figure du courant moderniste après avoir été abandonnée et vandalisée pendant de longues années. D’origine, elle a été conçue dans les années 30 pour Paul Cavrois et sa famille, un industriel du textile, puis a servi de caserne durant la Seconde Guerre Mondiale pour être réaménagé par les Cavrois au lendemain de la Libération. En 2003, un gigantesque chantier a été entrepris pour s’achever en 2015 et lui redonné son état d’origine. Un pari audacieux pour une réussite incontestée. Un château contemporain à quelques minutes de Tram de Lille pour un voyage dans le temps. A ne manquer sous aucun prétexte pour reprendre la formule d’usage !

LA CONDITION PUBLIQUE

Quand le patrimoine industriel de la ville de Roubaix se réinvente en lieu culturel. C’est l’histoire de ce bâtiment monumental de 1902, un des premiers édifices de béton recouvert de toit en terrasses, un toit aujourd’hui investi par les street-artistes. L’édifice s’organise autour d’une rue couverte qui le traverse en plein milieu et en fait un lieu très atypique. A l’origine, usine de conditionnement des matières textiles, la condition publique a été rehabilité en manufacture culturelle avec des expositions, des ateliers, des concerts…
Ce n’est pas un lieu à vocation touristique à proprement parlé mais jetez un œil à la programmation et courrez-y ! J’ai eu le privilège d’une soirée privée avec visite guidée, j’ai adoré ! Suis tellement fan de ces lieux chargés d’histoire qui ont été réhabitlié en zone culturelle dans un courant alternatif. Tout autour de la Condition Publique, il y a un parcours d’art urbain entre friches et murs de briques. Roubaix s’offre une renaissance par le street-art.

LA PISCINE

Le musée d’art le plus « instagrammable » de France. Imaginez une collection de Beaux-Arts dans une piscine. Il fallait le faire. Dans style art-déco, la piscine municipale accueillait dans les années 30 les enfants d’ouvriers du textiles ainsi que les enfants des riches familles industrielles. Un lieu de loisirs de grande importance pour ses habitants. En 1985, la piscine ferme pour des raisons de sécurité (sa voute est fragilisée) Il faudra attendre 1994 pour qu’un projet de réhabilitation se profile. Et quel projet ! Sans nul doute un des plus beaux musée de France. Même si on n’est pas passionné de Beaux-Arts, le caractère insolite et atypique de cet endroit vaut le détour. J’ai beaucoup aimé l’exposition photo de Naime Merabet, algérien arrivé à Roubaix en 1981 à l’âge de 3 ans. Son expo « Fenêtre sur l’Algérie » installée dans les cabines de douches m’a transporté et fait voyagé en Algérie à travers son regard photographique.

Avec la Piscine et la Condition Publique, Roubaix a su reconsidérer son patrimoine industriel et renaître par sa dimension culturelle. Pour les fans de cuture et patrimoine, une journée à Roubaix s’impose.

Conseil : tous ces lieux culturels sont facilement accessibles par les lignes de tram de la Métropole Lilloise. Il est aussi possible d’acheter les billets combinés et coupe-file.

LE CENTRE HISTORIQUE MINIER DE LEWARDE (Hors MEL)

Ce séjour à Lille fût l’occasion de passer une journée avec nos fidèles hôtes nordistes, Jean-Louis et Danielle. Ils nous ont fait découvrir le centre historique minier de Lewarde. Alors là, attention méga coup de cœur. Une découverte captivante. Au cœur du bassin minier, le site est installé sur l’ancienne fosse Delloye sur un site de 8 ha et 8000 m de bâtiments industriels. Ce centre est un veritable témoignage de l’activité minière, l’histoire de plusieurs générations évoquée avec brio. Ludique, passionnant, captivant… tous les superlatifs peuvent y passer et pourtant, je ne suis pas spécialement fan des centres historiques qui souvent sont trop ennuyeux à mon goôut. Là, on y passe des heures sans jamais se lasser, on se délecte de souvenirs, des anecdotes et récits éclairés d’un ancien mineur dans son patois ch’ti. Authentique et original. Ne manquez pas de réserver votre visite avec un ancien, un must.

Nous avons mangé au « Briquet ». Zola dans Germinal évoquait ce mot. Il s’agit du casse-croute du mineur en référence à un petit pain en forme de brique. Le restaurant Le Briquet est installé dans l’ancienne scierie de la fosse et on y déguste des plats typiques du nord dans une ambiance conviviale. Une super journée.

Les bonnes adresses

Durant notre séjour, on a aimé :

– L’estaminet Au Vieux de la vieille
– Le bierbuik-bloemeke : le restaurant de Florent ladeyn avec un concept innovant.
Côte bonnes adresses, je vous recommande le livre de ma copine blogeuse Laurianne « Aimer Lille »

City break à Marseille

J’ai découvert la capitale phocéenne pour la première fois en 2013, l’année où elle fut Capitale Européene de la Culture. De Marseille, je ne connaissais pas grand-chose, si ce n’est quelques évocations Pagnolesques contrebalancés par quelques stéréotypes à la dent dure (insalubrité, insécurité et j en passe !). Je ne m’attendais pas à une telle  découverte : un coup de cœur cette ville !

C’était en Décembre, juste avant les fêtes de Noël ! Alors que l’hiver s’était déjà installé dans nos Alpes Suisses, il régnait sur Marseille une douceur quasi printanière et je me souviens avec délice de mes premiers pas dans cette ville maritime baignée de soleil.

En mars dernier, j’y suis retournée à l’occasion d’une installation de JR. J’ai retrouvé Marseille comme je l’avais quitté quelques années auparavant. Lumineuse et charmeuse. On pourrait par ailleurs lui prêter des ressemblances avec Lisbonne la blanche mais Marseille reste Marseille. Unique !

Je vous raconte la cité phocéenne en trois thématiques :

Le Marseille populaire

  • Déambuler dans les ruelles du Panier et photographier ses œuvres de street-art.
  • Rejoindre le quartier alternatif du cours Julien en passant par le bouillonnant marché de Noailles et ses rues adjacentes aux accents du sud.
  • Ecouter les poissonnières du Vieux port haranguer les passants.

Le Marseille culturel et architectural

 Marseille s’est métamorphosée ces dernières années avec de nombreux lieux réhabilités. La Criée en théâtre, le Silo en salle de concert, les docks en boutiques, le hangar Joliette en lieu d expo etc… Des projets de réhabilitation parfaitement réussis. Coté culture : le Mucem est une pépite posée sur la mer comme un lien entre des monde parallèle : la mer, le  vieux port, les quartiers populaires. Je pourrais y déambuler des heures sans jamais me lasser. Terrasses et esplanades invitent à la farniente, au lâcher-prise.  Autre lieu culturel que j’ai beaucoup aimé : la Friche de Mai, de son toit terrasse, on découvre encore quelques œuvres de JR.

 

Le Marseille maritime

  • Délaisser l’agitation urbaine et découvrir un autre regard de la ville avec ses calanques.
  • S’offrir un coucher de soleil sur la mer avec une traversée aux îles du Frioul.
  • Découvrir le vallon des Auffres et son petit port. Un quartier pas comme les autres.

Je pourrai aussi de ces lieux emblématiques, ces symboles Marseillais tels la Bonne-Mère, le Ferry-Boîte, l’Estaque…

Et si je devais vous donner un seul et unique conseil, je vous recommande les Greeters, un excellent préambule pour une immersion dans la cité avec les bons plans, les petits secrets des locaux. On a passé une journée avec Bernard et on a adoré !

Et vous, vous connaissez cette ville. Racontez-moi mes pérégrinations marseillaises.

Mes bonnes adresses à Marseille

Dans le quartier du Panier

Ailleurs dans Marseille

  • Le Petit Jardin,  une belle maison d’hôtes tenu par Serge et Mauro dans le 7ème
  • Chez Jeannot, une belle adresse dans le vallon des Auffres

Hôtel katajanokka : dormir dans une prison

Après avoir passé une semaine en Laponie, nous avons fais une halte dans la capitale finlandaise. Pour clôturer notre séjour nordique parmi les grands espaces enneigés, il nous fallait une étape de choix avant de retrouver notre quotidien helvétique !

Dormir dans une prison, voilà un lieu atypique et insolite pour nous sevrer de cette totale liberté dont nous avons profité pleinement au cœur de l’immense forêt boréale.

Oui, j’ai osé ! Nous avons dormi à l’Hotel Katajanokka, une ancienne prison réhabilitée en hôtel 4 étoiles sur la presqu’ile du même nom, à deux pas du port d’Helsinki et du centre.

Un passé, une histoire

En 1832, sous domination russe, Nicolas Ier de Russie « modernise » la prison régionale avec 12 cellules, deux gardiens et une chapelle. A la fin du XIXe siècle, c’est Alexandre III qui l’agrandit en ajoutant 3 ailes de style gothique tardif et l’ancien bâtiment cellulaire est transformé en bâtiment de direction. De 12, on passe à 164 cellules. Puis partiellement détruite par une attaque aérienne pendant la Guerre qui oppose la Finlande et l’Union Soviétique, elle sera reconstruite. A l’après-guerre, la prison est connue pour “accueillir » des condamnés pour faits de guerre, des prisonniers politiques comme Risto Ryti, ancien président de la Finlande. La prison fonctionnera jusqu’en 2002 où elle sert de centre de détention provisoire ses dernières années.

Véritable patrimoine historique, la prison sera transformée en projet d’hébergement et l’hôtel ouvrira ses portes en 2007.

Escape the Ordinary

On imagine aisément l’importance des travaux de restauration pour réhabiliter un tel bâtiment en un hôtel de qualité. Les murs extérieurs en briques rouges et le haut mur d’enceinte entourant le parc sont par ailleurs protégés par le Conseil National des Antiquités.

Dès que l’on pénètre dans l’enceinte, on ressent l’atmosphère historique du lieu et la promesse « Escape the ordinary » est déjà tenue.

Début 2017, l’hôtel a subi un total relooking de décoration intérieure. L’architecture initiale a été conservé : les escaliers de fer, les épaisses portes de barreaux métallique et autre détails au détour des coursives.

L’intérieur est d’une grande élégance mêlant habilement l’univers carcéral au design finlandais.

Nous avons opté pour une chambre classique au 4éme étage. Chambre 418. Deux cellules réunies ont donné place à une chambre confortable et lumineuse. Les barreaux aux fenêtres ont disparu, l’œilleton est resté et les anciennes clés des cellules sont encadrés au mur pour nous rappeler le passé.

La literie est moelleuse à souhait. On passera une douce nuit en oubliant l’origine incongrue de notre nid douillet.

Evidemment, je n’ai pas pu résister à une visite complète, arpenter les longs couloirs, pénétrer dans les anciennes cellules d’isolement. Et dire que certains ont choisi de se marier dans cette cellule. Humour, ironie ?

Le petit-déjeuner buffet est servi au sous-sol, dans l’ancienne cantine de la prison. Même lieu pour la restauration qui est ouvert aux clients de l’extérieur. (on n’a pas testé mais il semblerait que ce soit une adresse plutôt haut de gamme avec mention au Michelin)

Revenons au petit-déjeuner. Gargantuesque, de quoi combler toutes les envies. Smoothies, une variété de pains, des spécialités finlandaises, fromage, charcuterie, œufs, fruits …

Si vous aimez les lieux insolites, cet hôtel est d’un excellent rapport qualité-prix et un emplacement idéal pour visiter Helsinki.

 

Pour nous, notre escale s’est résumé à 24 heures dans Helsinki : immersion dans les anciennes Halles du Port pour déguster la fameuse soupe de saumon de Story.

Et une balade nocturne à déambuler dans la ville.

Pour plus d’infos sur les choses à voir, à faire à Helsinki, je vous invite à lire les sujets des copains bloggeurs. Visiter Helsinki, que voir que faire dans la capitale finlandaise par :

La Maison du Lierre : un hôtel particulier au cœur de Bordeaux

En octobre dernier, de passage à Bordeaux, je cherchais un hôtel en ville. J’ai farfouillé en long et en large sur la grande toile du web et après de longues heures de recherche, j’ai enfin trouvé ce petit trésor niché en plein cœur de Bordeaux.

 

 

Hotel la maison du Lierre : une adresse discrète et intimiste que l’on aimerait garder jalousement pour soi et pourtant… je ne résiste pas à la partager avec vous.

Son nom lui vient de sa terrasse tapissée de lierre. C’est un hôtel particulier du 18è siècle qui compte 18 chambres. Un havre de paix, une bulle de tranquillité dans cette jungle urbaine, à seulement deux pas du Vieux-Bordeaux et de la place des Quinconces.

La façade discrète de l’hôtel cache un intérieur de charme. Dès l’entrée, j’entre dans un cocon douillet avec un accueil personnalisé et chaleureux. Je découvre une décoration harmonieuse dans un style shabby-chic. C’est un vrai plaisir de pénétrer dans un hôtel de ville  loin des standards internationaux.

12 chambres sont réparties sur 3 étages dans la bâtisse principale avec un accès par escalier. Je m’installe dans ma chambre au 2ème étage, une chambre cosy et coquette comme je les aime. Le parquet d’époque a été conservé et lui confère une note historique. Ma chambre, petite mais ultra-fonctionnelle, est un petit nid douillet où je m’installerai volontiers pour plusieurs nuits. Une literie de qualité, des tons et tissus chaleureux. Une chambre au calme avec vue sur les toits de bordeaux.

La surprise, c’est cette cour intérieure aménagée en terrasse. Une pépite ! Magnifiquement paysagée, cette terrasse est une parenthèse bucolique ou il fait bon prendre un thé en fin de journée après avoir déambuler des heures sur le pavé bordelais.

L’accueil est charmant et attentionné avec ce goût du partage et de l’hospitalité qui fait parfois défaut dans l’hôtellerie traditionnelle. J’aime à dire qu’il y a des hôtels à l’esprit maison d’hôtes et celui-ci en est. On me conseille volontiers sur les bonnes adresses restaurant tout en me sensibilisant aux « pièges à touristes ». Honnête et efficace, j’adore !

Ca tombe bien, à mon arrivée, mon regard s’est arrêté sur la porte voisine, un restaurant africain. Je demande confirmation de ma bonne impression. Check ! Ca peut paraitre un peu atypique de choisir une cuisine africaine lors d’une escapade bordelaise mais je fonctionne à l’envie, à l’instinct et j’avoue que La djaf m’a de suite fait de l’œil.

Je ne m’y suis pas trompée. Une jolie petite salle aux couleurs africaines, tout en sobriété et seulement quelques tables. La carte se décline en quelques plats seulement. Je choisis un poulet yassa : une assiette délicieuse aux saveurs créoles. Il ne fait nul doute qu’une professionnelle est aux commandes de ce restaurant impeccablement tenu. Une adresse soignée, différente. A recommander sans hésiter !

Avec de telles adresses, je me promets de revenir et séjourner quelques jours pour visiter Bordeaux. Ma courte escapade a été l’occasion de déambuler au hasard du vieux Bordeaux et de m’abandonner sur la célèbre place du miroir d’eau. Il y aurait eu tant à voir, à faire, à expérimenter : s’initier à l’art du cannelé, profiter des marchés de la ville, parcourir le pittoresque quartier des Chartrons ou encore plonger dans l’alternatif à Darwin. Ce sera pour une prochaine occasion.

D’ici là, je vous invite à parcourir le blog carnet d’escapades de ma copine Laurène qui partage ses découvertes bordelaises.

Fourvière Hôtel : si Lyon vous était conté !

« Si Lyon vous était conté » : le slogan du Fourvière hôtel : un des hôtels du groupe è-hotels . Un hébergement atypique dans un lieu d’exception.

Fourviere hotel Lyon

C’est lors d’un récent week-end à Lyon que j’ai choisi de séjourner dans cet hôtel. J’avais vu un reportage TV à son ouverture. Depuis ce endroit était sur ma liste « des adresses à tester ».

Lire la suite de « Fourvière Hôtel : si Lyon vous était conté ! »

Escapade à Porto

En décembre dernier, nous partions quelques jours à Porto, découvrir cette ville dont le centre historique est classé au Patrimoine mondial de l’Unesco et qui a par ailleurs été élue meilleure destination Européenne en 2014.

Je devrai plutôt dire… re-découvrir cette ville. J’avais déjà eu l’occasion de m’arrêter à Porto lors de mes pérégrinations portugaises entre 1995 et 2002. Un temps où aucun visiteur n’osait déambuler dans les ruelles de la Ribeira, aucun bateau de croisière sur le Douro pour promener les touristes… Porto et le Portugal en général, délaissés des circuits touristiques.

Aujourd’hui, le Portugal a le vent en poupe et séduit les voyageurs de tout horizon.

Lire la suite de « Escapade à Porto »