Activités en Terres Nordiques

I

Mars 2018 : retour sur une semaine pas comme les autres, plongée dans un monde inconnu qui relève de l’imaginaire.

Je ne savais rien de la Laponie avant de partir et quel bonheur de se laisser bercer par l’inconnu, sans attentes préalables. Lâcher prise et m’en remettre aux bons soins de Jérôme et Céline, des passionnés ayant à cœur de partager leur petit coin de paradis et nous faire vivre le meilleur de leur Laponie. 

Vous le savez sûrement déjà, je vis dans les Alpes Valaisannes en Suisse. Mon terrain de jeu est la montagne. En hiver, mes activités s’articulent autour du ski nordique, la balade hivernale et la randonnée raquette. Mais en Laponie, elles ont pris une toute autre dimension. Il faut dire que ces activités n’en sont pas tout à fait, c’est avant tout un art de vivre et les grands espaces enneigés invitent à ces pratiques.

Chaque journée de notre voyage en Laponie Finlandaise, je me suis émerveillée de moments simples : marcher de longues heures sur lac gelé, admirer les couchers de soleil sur ce grand désert blanc, randonner au milieu des forêts enneigées… Je me suis aussi régalée de moments plus atypiques, voir insolites, aller faire courses au village en luge lapone ou me rouler dans la neige après mon sauna quotidien.

Et puis, il y a eu ces moments expérientiels, ces moments qui me laissent aujourd’hui un souvenir nostalgique. J’ai testé pour vous !

La pêche blanche en Laponie

J’ai toujours voulu tester la pêche blanche, intriguée par cette pratique. Une pratique que l’on retrouve au lac du Guéry, dans mon Auvergne natale, mais c’est en Laponie que je m’y suis initiée. C’est en fait de la pêche sous la glace, une pêche répandue dans ces contrées; plus qu’une pêche, c’est un état d’esprit. S’installer au milieu de l’immensité gelée, percer un trou, préparer son matériel, s’asseoir sur une peau de renne et attendre patiemment qu’il se passe quelque chose. Et il se passe quelque chose ! La prise d’un poisson n’est pas l’essentiel mais ce sentiment de plénitude qui vous gagne, lui, l’est. C’est un moment de contemplation au milieu d’un paradis blanc où le calme ambiant règne. Le silence est roi, parfois rompu par un attelage de chiens polaires traversant ces grandes étendues. Des instants précieux de petits bonheurs simples que je ne suis pas prête d’oublier.

Le fat bike en Laponie

Dans une version plus sportive, j’ai pédalé sur l’immensité du lac gelé… au guidon d’un fat bike. C’est ce vélo aux pneus surdimensionnés. Si comme moi vous aimez le vélo ou la rando vtt, vous allez adorer les sensations du fat bike. Pédaler sur les sentiers enneigés, c’est … déroutant !

Lorsque j’ai vu passer une habitante traverser le village avec son vélo des neiges, ma curiosité m’a poussée et je n’ai pas pu résister à me mettre en selle. Pédaler sur un lac gelé ! Comment dire? Energisant et épuisant à la fois. Deux heures durant, je me suis enivrée de ces nouvelles sensations mêlant d’intenses efforts à une immense sensation de liberté. J’ai adoré ! Entendre la neige crissée sous les pneus, sentir le froid polaire sur mes joues à chaque coup de pédale, ressentir de nouvelles sensations de glisse et de vitesse. Enfin, tout est relatif ! Pour la vitesse, j’exagère un peu car pas si facile de dompter l’engin sur la neige: trouver son équilibre et avoir une bonne conduite. Autant l’avouer, selon la qualité de la neige, c’est coton !

Vous n’avez peut-être pas prévu de séjourner en Finlande cet hiver mais sachez que dans nos Alpes ou autre massif de nos contrées montagnardes, il est possible de pratiquer ces activités . Des stations d’hiver touristiques organisent des sorties-découverte de pêche blanche ou encore des descentes en fat bike. Voilà de quoi ré-enchanter votre hiver !

Voyage en Laponie

Je n’avais pas forcément envisagé de partir en Laponie, cette destination polaire n’occupait effectivement pas la première place de mes envies de voyage. Et pourtant, il aura fallu une rencontre couplée aux doux rêves de Christine pour que tout s’accélère. Voir les aurores boréales était son rêve, Céline et jérôme avec leur petite entreprise Aventures Boréales l’ont exaucé. Et voilà qu’en mars 2018, direction le Grand Nord.

Atterrissage à Kittilia en début d’après-midi sur un tarmac gelé, le ton est donné. Nous avons l’après-midi devant nous avant que Jérome ne vienne récupérer l’ensemble du groupe dans la soirée. On dépose nos bagages en consigne, on saute dans un taxi, direction Levi, une station de ski renommée. On déguste une pizza au renne, on déambule au hasard des boutiques de souvenirs, on s’imprègne de cette ambiance resort version finlandaise et on termine la journée au spa. Nous voilà prêtes pour de belles aventures boréales. Jérôme nous récupère à Levi et nous filons vers l’aéroport pour retrouver le reste des aventuriers, 6 personnes.

Nous sommes 8, 8 privilégiés pour 8 jours en Laponie Finlandaise. C’est parti pour 1 h 30 de route pour rejoindre ce qui sera notre home sweet home. En route, on marque une halte pour scruter le ciel et observer une petite activité d’aurores boréales. Il est minuit, nous voilà posé au « chalet ». Hâte de me réveiller et découvrir notre environnement au petit matin.

Le « chalet »

Nous occupons un petit chalet pour 2 personnes, un véritable cocon avec cheminée et sauna. Le village est à 2 pas et l’immensité du lac gelé est à notre porte. Je vis en montagne, dans les alpes valaisannes, dans un chalet traditionnel suisse. Chaque hiver, je m’enivre d’un univers ouaté à souhait mais là, je dois avouer, que contre toute attente, je suis conquise, charmée, séduite par ce nouvel environnement enneigé, totalement dépaysée.

Je suis une fan des plaisirs hivernaux et ses multiples activités : le ski nordique, la balade hivernale, la randonnée raquette. En Laponie, ces activités ont eu une toute autre saveur. Il faut dire que ces activités n’en sont pas tout à fait, c’est avant tout un art de vivre et les grands espaces enneigés de la Finlande invitent à ces pratiques.

J’ai adoré marcher de longues heures sur l’immensité du lac gelé, admirer les couchers de soleil sur ce grand désert blanc. J’aurai pu passer la semaine entière entre le chalet et le lac gelé, sans aller plus loin que le village, juste flâner aux abords de notre chalet, respirer le grand air, aller jusqu’au village faire quelques courses et croiser les habitants, puis me lover près du feu avec un bouquin, faire un sauna et me rouler dans la neige. Des petits moments de bonheurs simples qui m’ont rempli de joie.

Nous avions réservé une activité chaque jour, moto-neige, chiens de traineaux etc.…la peur de s’ennuyer, sûrement !

Aujourd’hui, je sais qu’on aurait pu se satisfaire de ce que j’appelle « ces petits moments de bonheurs simples ». Balade, sauna, détente au coin du feu et soirée sous le ciel étoilé à observer  la chasse aux aurores boréales.

Aujourd’hui, je sais aussi que ma soif d’expérience n’était pas dans la surconsommation de loisirs. Même si j’ai aimé les sensations motorisées de notre virée en moto-neige, pourquoi vouloir rompre le silence de la forêt boréale à coup de vrombissement ? Même si j’ai aussi aimé notre balade en chiens de traineaux et la conduite de l’attelage, était-ce vraiment une étape indispensable de notre séjour, d’autant plus que nous avons eu l’occasion à plusieurs reprises de s’initier aux plaisirs mushers ? J’ai goûté à de nouvelles sensations, j’ai pédalé sur l’immensité du lac gelé… au guidon d’un fat bike.

Aujourd’hui, je sais que La Véritable Expérience aura été pour moi celle du partage, le partage d’une vie lapone, d’un quotidien polaire, le partage d’une passion, celle de Jérome et Céline. Avant de partir, je ne savais rien de la Laponie, une destination inconnue qui relevait de l’imaginaire. Quel bonheur de se laisser bercer par l’inconnu, sans attentes préalables. J’ai pu lâcher prise et m’en suis remis  aux bons soins de Jérôme et Céline, qui tout au long de notre séjour ont eu à cœur de partager leur petit coin de paradis, leur quotidien, l’art de vivre dans ces contrées polaires.

Une semaine polaire

J’ai appris à dompter le froid grâce aux bons conseils de nos hôtes, j’ai passé de longues heures dans le froid à scruter le ciel, observer les aurores boréales, écouter les récits passionnants et passionnés de l’ami Jerôme. J’ai souvent eu le sentiment d’être en visite chez des amis qui souhaitaient partager quelques tranches de leur quotidien.

Une tranche de vie à l’image de cette magnifique randonnée, une montée au milieu des arbres plâtrés de neige pour arriver à un point panoramique surplombant la forêt boréale. Redescendre et se retrouver dans un kota finlandais, blotti près du feu, griller une saucisse et déguster quelques spécialités régionales. Simple et tellement magique. Ou encore regarder le manège du cincle plongeur ou s’adonner à la pêche au « blanc ».

Ah la pêche au blanc, je l’ai déjà évoqué sur le blog un trek une fille et je dois dire que pour moi ça a été un grand moment. J’en ai rêvé, Jérôme l’a fait. Je me suis installée au milieu de l’immensité gelée, je me suis armée d’une foreuse pour faire mon trou dans la glace, je me suis assise sur une peau de renne et j’ai attendu patiemment qu’il se passe quelque chose. Pas la moindre prise d’un poisson mais il se passe véritablement quelque chose ! La prise d’un poisson n’est pas l’essentiel mais ce sentiment de plénitude qui vous gagne, lui, l’est. C’est un moment de contemplation au milieu d’un paradis blanc où le calme ambiant règne. Le silence est roi, parfois rompu par un attelage de chiens polaires traversant ces grandes étendues. Un instant rare, suspendu dans le temps.

Une journée avec les samis

 Un autre moment qui restera parmi les meilleurs souvenirs de ce séjour Grand Nord est notre rencontre avec les Samis. Une journée avec Hari et sa famille. Nourrir les rennes, relever les filets dans la glace, déguster quelques spécialités, jouer avec les enfants, comprendre le mode de vie des samis et ressentir la joie de vivre de ce peuple autochtone. Des échanges précieux que je ne suis pas prête d’oublier.

 C’est certain, nous avons été des privilégiés, le privilège de vivre une aventure humaine d’exception, le privilège de profiter d’une nature encore intacte et préservée, le privilège de rencontrer des hommes et femmes aux valeurs traditionnelles. Une grande richesse que je savoure encore, des mois après, tout en espérant que ce territoire aux confins de 3 pays en vogue, la Finlande, la Suède et la Norvège saura résister aux pressions d’un tourisme de consommation.

A bientôt le Grand Nord, je reviendrai !